Travaux en ruines

Il y a des fissures sur mes murs
de la poussière sous le tapis
des fuites sur les tuyaux
je n’arrive pas à m’en débarrasser.
Et au premier tremblement de terre
ou plutôt
au premier tremblement tout court
tout s’envole.
Le plâtre tombe en poussière sur mes épaules
l’eau goutte au bout du robinet
des nuages de particules s’envolent et envahissent mon oxygène.
Mais tout ça
tout ce spectacle
est absolument
terriblement
beau.
Le plâtre devient flocon de neige
l’eau est un torrent glacé
le nuage m’enveloppe et me protège
et me soustrait aux yeux du monde.
Je contemple le désastre
et je ressens au fond cette masse qui tremble
qui frissonne
qui éclate en une flamme glacée remontant dans mon dos
Je contemple le désastre
et puis soudain tout a un sens
j’embrasse la débâcle
et je m’accroche à elle comme à un corps flottant
je contemple le désastre
et je l’aime, je l’aime tellement
que je laisse le bâtiment s’écrouler autour de moi
et peut-être bien
qu’il n’en restera
bientôt
plus rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>